La concertation, un engagement nécessaire

Faire évoluer l’acte de construire : cette prise de conscience date pour Michel Sabard des années 70 à la suite du 1er choc pétrolier.

En tant qu’architecte, ses recherches l’ont conduit à concevoir des bâtiments plus économes en énergie, plus économes à construire, dans le but palier à l’augmentation des coûts qui en résultent et surtout sans altérer la qualité de vie des occupants.

Comme urbaniste, il a affirmé que les économies d’énergies ne seraient patentes dans la construction que si les plans d’aménagements favorisent les apports gratuits du soleil et des éléments naturels et mettent en valeur les qualités du paysage.

Pour aller plus loin, partager et diffuser ces avancées, Michel Sabard enseigne dans des écoles d’architectures et les universités, en formation initiale et professionnelle.

Créée avec ses partenaires actuels il y a bientôt 10 ans, la Société Coopérative Ouvrière de Réalisations pour l’Environnement et le Développement Durable (S.C.O.R.E 2D) a trois missions : la recherche, la formation, le conseil.

La société accompagne ses mandants dans leurs réponses aux enjeux économiques et de qualité dans le cadre du développement durable. Mais pour réussir, il est indispensable que tous les acteurs, à tout niveau, comprennent et partagent ces ambitions.

La mise en application de ces recherches dans les domaines de l’urbanisme et de l’architecture, tient nécessairement compte de la parole des habitants. Sans prise de conscience individuelle, initiée par une concertation donnant la parole à tous les acteurs, il ne peut y avoir de résultats tangibles sur l’amélioration des objectifs.

La concertation doit être mise en œuvre accompagnée par une équipe indépendante et non uniquement par les politiques, les maîtres d’ouvrages ou les équipes de maîtrise d’œuvre. Ceux-ci sont considérés comme défendant des intérêts vis à vis de ceux qui en attendent les bénéfices.

S.C.O.R.E 2D a développé une cellule de concertation pour apporter cette compétence à la concrétisation des projets urbains, à la réalisation des édifices et, bien sûr, à la réhabilitation.

Les maîtres d’ouvrages ne peuvent plus faire l’économie du temps et des budgets nécessaires à la concertation des habitants, riverains, habitants potentiels…, il en va du succès, à terme, de leurs projets.